2ème rencontre Figeac’Table

Mercredi 31 Juillet a eu lieu la deuxième édition des rencontres du groupe Figeac’Table.

Ce groupe constitué de personnes de la société civile d’horizons très différents travaille à mettre en œuvre des actions concrètes afin de participer au développement d’une meilleure gouvernance alimentaire sur notre territoire Figeacois.

Avec l’appui de Figeacteurs, ce groupe projette notamment de participer au FESTIVAL ALIMENTERRE, un événement incontournable sur l’alimentation durable et solidaire, en organisant la projection d’un film documentaire en Octobre ou Novembre.

Vous pourrez aussi rencontrer les membres de ce groupe dans les ateliers BIEN MANGER et BIEN PRODUIRE CHEZ NOUS lors de la Start Up de territoire Figeac le 26 septembre prochain.

Vous vous intéressez au lien entre agriculture et alimentation, vous pensez que les circuits alimentaires de proximité peuvent être un des leviers de développement de notre territoire : n’hésitez pas à rejoindre le collectif Figeac’Table!

Contact: 05.82.92.98.38 ou stephane.gerard@figeacteurs.fr

Devenir acteur de la gouvernance alimentaire de son territoire.

Adhérents, représentants d’entreprises, d’associations, citoyens ou porteurs de projets se sont réunis MARDI 14 MAI au café associatif L’Arrosoir pour un Mardi Figeacteurs sur le thème de l’alimentation locale de demain: tous acteurs!

Des outils pour construire ensemble une gouvernance alimentaire territoriale

Un premier temps temps était dédié à l’édition d’un guide pratique rédigé en partenariat avec l’INRA «  Devenir acteur de la Gouvernance Alimentaire sur son territoire ». Réalisé dans le cadre du programme TERRALIM sur 5 territoires du Massif Central, ce document donne des clés pour appuyer la mise en place d’une gouvernance alimentaire territoriale.

Des entretiens semi-directifs menés auprès d’une cinquantaine d’acteurs locaux (agriculteurs, transformateurs, commerçants, élus, associations, centres sociaux, cuisiniers, restaurateurs, parents d’élèves, abattoirs, coopératives, responsables de tiers-lieu…), complétés par des visites de fermes, de commerces, de marchés et la participation à des initiatives citoyennes, débats, conférences ont permis d’identifier les actions déjà mises en oeuvre et d’en dégager des leviers pour favoriser ce processus.

=> Pour aller plus loin et télécharger le guide, cliquez ici!

Une fiche « Figeacteurs et alimentation » résumant les démarches collectives engagées autour de l’alimentation locale sur le territoire de Figeac ces 10 dernières années était également présentée. De « Terres de Figeac, Mêlée gourmande à TERRALIM, elle expose les fondations et les objectifs d’un projet de gouvernance alimentaire territorial sur notre bassin de vie.

=> Pour aller plus loin et télécharger la fiche alimentation, cliquez ici!

L’occasion était également donnée d’écouter le témoignage d’acteurs de l’alimentation impliqués sur le territoire qui ont partagé leurs expériences et initiatives locales: l’Association REGAIN, Les Salaisons fermières, l’Association Passeuses de Goût ou encore la coopérative Fermes de Figeac.

Impulsons ensemble une dynamique collective autour des circuits de proximité alimentaire en imaginant l’alimentation de demain! Rendez-vous Mardi 18 juin dans nos locaux pour la constitution d’un groupe Figeac’table !

Toutes les infos: stephane.gerard@figeacteurs.fr

Des circuits courts aux circuits courts collectifs.

Figeacteurs était invité jeudi 31 janvier à la restitution des études menées par les chercheurs et étudiants de l’école de Purpan sur les Circuits Alimentaires de Proximité et les Plateformes d’APprovisionnement territorialisées (CAPPAP 2015-2018).

Ce projet visait à étudier les trajectoires des circuits courts plus récents et/ou innovants ainsi que les capacités des acteurs à s’organiser autour de ces réseaux.

L’étude montre notamment que les premières générations de système de vente en circuits courts (vente à la Ferme, AMAP, Marché, etc..) ont évolué tant en terme d’échelle géographique, que d’acteurs impliqués, ou de modalité de fonctionnement et de gestion. Certains peuvent aujourd’hui être qualifiés de circuits courts de deuxième génération – les circuits courts collectifs (CCC) – signifiant notamment un changement en matière de mise en relation entre le consommateurs et le producteurs.

Les Circuits Courts Collectifs – CCC – se différencient des premières formes de circuits courts par un renforcement des actions collectives et/ou communautaires, le recours , entre autres, aux nouvelles technologies numériques et par une présence plus marquée des organismes accompagnateurs (collectivités ou acteurs privés).

Aussi diverses soient-elles (la ruche qui dit oui, drives fermiers, plateformes collectives, magasin de producteurs, nouveaux concepts magasins,  etc..)  ces démarches se définissent toutes au travers d’un processus de relocalisation de l’agriculture, mais d’une manière générale, les résultats de l’étude interrogent aussi sur leur capacités à pérenniser leur existence.

L’étude montre aussi par exemple, qu’outre la création de liens entre producteurs et consommateurs, pas toujours réellement recherché par les consommateurs et difficile à investir par le producteurs, les circuits cours collectifs permettent surtout aux agriculteurs et producteurs de tisser, entres eux,  des liens sociaux et des complémentarités.

Alors, sur la route des circuits courts de troisième génération c’est peut-être le lien producteurs-producteurs qui sera fondamental pour toucher des consommateurs en recherche de lien avec des produits « vrais », de sens , de praticité et de service….

Pour en savoir plus sur l’étude, Circuits Alimentaires de Proximité et les Plateformes d’APprovisionnement territorialisées (CAPPAP 2015-2018)., cliquez ici!